dimanche 16 mars 2008

Sex & zen II

Sex & zen II, c'est le coup de bambou. Produit par Wong Jing, cela n’a rien d’étonnant. Ça commence très fort avec la narration de la vie de Maître Chien, ou plutôt la vie du sexe de Maître Chien. Sexe qu'il entraîne à être toujours plus puissant en y suspendant trois pastèques. Sexe qu'il attache à celui d'un bœuf jusqu'à la castration de l'animal. Maître Chien boit aussi des potages faits à base de testicules d'animal sexuellement dominants. Bref, cet homme aime baiser. Il a quatre femmes et en profite tous les soirs.

Il a aussi deux enfants. Un fils idiot qui ne sait dire que "ouais" et une fille qui s'habille en garçon. La fille part faire des études dans un monastère et son père lui met une ceinture de chasteté qui doit couper tout ce qui pourrait toucher ses seins, ses fesses ou son sexe. Elle rencontre un jeune moine. Wong Jing et Gordon Chin ne résistent pas à nous faire une parodie de The Lovers de Tsui Hark, mais déjà à force de plans filmés immanquablement avec une caméra oblique, on commence à flairer l'escroquerie.

D'autant que les scènes sexuelles ne sont pas aussi inventives, drôles et érotiques que dans l'opus des frères Mak. Gordon Chin rajoute des voiles mais on ne ressent rien de bien palpitant. Il montre quelques bouts de sein en très gros plans furtifs quand Michael Mak les faisaient se frotter contre n'importe quel paroi. Cette fois, ça n'est pas une pine de cheval que se fait greffer le garçon, mais un sexe mécanique qui peut faire de la fumée. Quel en est l'intérêt me demanderez-vous. Sex & zen II ne le dit pas.

Comme vous le savez, Sex & zen II est le premier film de la carrière de la très belle Shu Qi. Elle y est Dame Mirage, une méchante. Elle réussit à épouser le frère au cerveau lent. Mais il meurt en jouant au cerf volant. Je vous le jure ! Son beau père en fait sa cinquième épouse. Mais Shu Qi est une prédatrice qui absorbe la vie de ses proies sexuelles. Au bout d'un moment, Sex and zen II se contente de n'être qu'un simple wu xia pian fantastique et laisse de côté l'érotisme qui était déjà très soft. Jusqu'à la scène finale où les deux femmes se caressent et se bisouillent. Et surtout jusqu'à la nudité frontale de Shu Qi, nudité qui réserve quelques surprises.

Sex & zen II (玉蒲团二之玉女心经, Hong Kong, 1996) Un film de Gordon Chin avec Shu Qi, Rachel Lee, Elvis Tsui, Ben Ng.

1 commentaire:

Wireless a dit…

Hello. This post is likeable, and your blog is very interesting, congratulations :-). I will add in my blogroll =). If possible gives a last there on my blog, it is about the Wireless, I hope you enjoy. The address is http://wireless-brasil.blogspot.com. A hug.