mardi 31 mars 2009

Le Petit chat curieux


Cette compilation de courts métrages autour de la petite chatte Komaneko n’est pas seulement kawaï, comme on peut le lire un peu partout. Disons simplement que Le Petit chat curieux peut être vu évidemment par les tout petits parce qu’il est court (à peu près une heure) par qu’il est sans parole (quelques miaulements, des grognements en guise de dialogues), mais on pourra tous le regarder et avec plaisir en plus.


Deux formes d’animation, la semi marionnette en à plat et les marionnettes entière. Des histoires simples mais excellemment écrites qui montrent un univers où le chat Komaneko joue seul. Le père est au rez de chaussée et Koma est à l’étage. Le passage d’un niveau à l’autre se fait toujours dans le dos du père. Koma vient le taquiner en tapant sur sa machine à écrire tandis qu’il doit être en train d’écrire un scénario.


Komaneko fabrique avec le fils du réparateur de radio des objets incroyables. C’est le projecteur en 8mm qui va servir de locomotive par exemple. Alors que le réparateur a du mal à faire son boulot, les deux chatons s’en donnent à cœur joie. Koma réalise un petit film avec ses deux poupées de la même manière que le cinéaste a du réaliser. C’est une jolie mise en abîme et un éloge du travail d’artisan.


En fin de programme, un court métrage d’environ 25 minutes nous montre une jolie histoire d’amitié entre Koma et un yéti. Enfin, peut-être est-ce un vrai yéti ou plutôt un ourson déguisé. L’ourson est solitaire au milieu de la forêt, et le chat ne le remarque même pas. Au fil des promenades en forêt, Koma cherche à retrouver le yéti, en vain. C’est l’occasion pour l’équipe d’animation de montrer son talent pour le changement des saisons avec des moyens très simples mais très efficaces.


Ainsi on peut trouver les histoires tout à tout charmantes puis drôles. Les films n’ont pas cette naïveté qu’ont parfois les courts d’animations pour les tout petits. J’espère qu’on pourra vite voir d’autres aventures du petit chat. Un beau et rafraichissant moment d'espièglerie.


Le Petit chat curieux (こまねこ, Japon, 2006) Des courts métrages de Tsuneo Goda.

1 commentaire:

Marco a dit…

bel article !!