lundi 19 novembre 2007

Un seul bras les tua tous

Un seul bras les tua tous inaugure la trilogie du sabreur manchot que Run Me Shaw produit pour sa compagnie. Chang Cheh réalise en 1967 ce premier épisode, comme les suivants Le Bras de la vengeance en 1968 et La Rage du tigre en 1971, qui demeure le plus connu. Comme d’habitude, c’est Ni Kuang qui scénarise le film. Jimmy Wang Yu sera le sabreur manchot dans les deux premiers volets. Il sera remplacé dans La Rage du tigre par David Chiang après son départ fracassant de la Shaw Brothers.

Un seul bras les tua tous commence dans la demeure du maître d’arts martiaux Qi Ru-feng (Tien Feng). Maître Qi manque d’être empoisonné par une lettre piégée. Arrive alors une bande de mercenaires qui l’attaquent. L’un de ses disciples vient le défendre. Le combat au sabre s’avère difficile. Le disciple est tué de deux coups de sabre dans l’abdomen. Qi Ru-feng décide de prendre sous son aile le fils de son disciple, le jeune Fang Gang. Ce dernier récupère le sabre brisé de son père.

Au cours du générique, on retrouve Fang Gang adulte. Il est devenu l’un des plus brillants artiste martial de Qi. Son visage en gros plan le montre rempli de vengeance envers les assassins de son père. Fang Gang (Jimmy Wang Yu) est un homme dur. Il coupe les bûches de bois, torse nu, malgré l’hiver et la neige. Fang Gang n’est pas apprécié par ses condisciples. La fille de Qi, tout comme ses deux frères armes, ne le supportent pas. Ils veulent donner une leçon à Fang Gang et lui donnent rendez-vous dans le bois à minuit.

Fang Gang souhaite rester loyal à son maître mais considérant la jalousie et la haine rentrée des condisciples, il choisit de quitter l’école secrètement au début de la nuit. La fille de Qi s’en aperçoit et le poursuit avec les deux autres disciples.

Voici comment Fang Gang devint manchot.


1 : plan d’ensemble sur les quatre condisciples. Fang Gang leur tourne le dos. Qi Pei veut se battre avec lui. Fang Gang vient d’humilier les deux garçons. La neige ne tombe pas encore beaucoup.


2 : champ : Qi Pei veut combattre Fang Gang avec les armes. Elle ironise sur le fait qu’il refuse de se battre à égalité.


3 : contrechamp : Fang Gang accepte de se battre, mais avec les poings, contre Qi Pei afin de pas lui faire mal. Le sabre, symbole phallique, doit être exclus de ce combat entre une fille et un garçon.


4 : travelling sur la droite : Ils se battent ensemble mais Fang Gang a vite le dessus.


5 : Qi Pei chouine d’avoir été poussée à terre et humiliée devant ses deux acolytes qui restent bras ballants et incapables d’agir. Elle veut revenir au sabre.


6 : Fang Gang aide Qi Pei à se relever. Les intentions de cette dernière sont masquées. On ne voit pas son visage. Fang Gang rit et pense que cette histoire est finie.


7 : Qi Pei a levé son sabre et tranché le bras de Fang Gang par surprise.


8 : Gros plan du bras tranché dans la neige fraîche. Fang Gang vient de perdre sa masculinité et le moyen de se venger des assassins de son père.


9 : Fang Gang comprend ce qui vient de se passer. Il est encore surpris de ne plus être un homme entier.


10 : Après s’être tordu de douleur et s’être effondré, il va quitter ses anciens condisciples vers une autre mission. Il va apprendre à utiliser son bras gauche et affronter les moqueries. Fang Gang tourne à nouveau le dos aux autres et part cette fois définitivement. La neige tombe à gros flocons. Le blanc, couleur du deuil, envahit les personnages. Un homme est mort, il va devoir renaître.

Un seul bras les tua tous (One-armed swordsman, 刀臂獨, Hong Kong, 1967) Un film de Chang Cheh avec Jimmy Wang Yu, Tien Feng, Chiao Chiao, Pan Yin-tze

Cliquez sur les images issues du DVD pour les agrandir.

1 commentaire:

M a dit…

Bonne idée ce découpage d'une scène en images ! Avec des commentaires courts et clairs (qq coquilles : "Fang Gang accepte de sa battre").

Le film regorge de symbolismes intéréssants (le passage d'errance avec le pont juste après cette scène du bras perdu est magnifique).

:)